quelle est la responsabilité des pays industrialisés vis-à-vis du changement climatique ?


Le 27e sommet annuel des Nations Unies sur le climat, la COP27, s’est ouvert lundi à Charm el-Cheikh, en Égypte. L’événement, qui devrait faire pression sur les gouvernements pour qu’ils renforcent leurs engagements en matière de décarbonisation, sera le premier à placer la question de la compensation financière des dommages subis par les pays en développement en tête de l’ordre du jour. Quels sont les enjeux et qui sont les acteurs de la finance climatique ?

100 milliards de dollars

La clé pour comprendre ce problème est la question des 100 milliards de dollars. Le chiffre fait référence à la promesse faite par le président américain Barack Obama en décembre 2009 alors que les négociations menaçaient de s’effondrer lors du sommet malheureux de Copenhague. Il a proposé que les pays riches paient 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour financer les politiques d’atténuation et d’adaptation dans les pays en développement.

À l’époque, cela avait moins à voir avec la « solidarité Nord-Sud » qu’avec la tentative du président américain d’obtenir des engagements de réduction des émissions des principaux pays émergents. Mené par la Chine, aucun n’a cédé.

Selon l’OCDE, 13 ans plus tard, l’engagement est sur le point d’être tenu. Mais les pays en développement ont accueilli la nouvelle avec un certain scepticisme. En fait, la somme se compose principalement de prêts plutôt que de subventions. Il n’est pas clair non plus s’il s’agira d’un transfert d’aide au développement ou de fonds supplémentaires. Quelle que soit la réponse, les bénéficiaires n’auront probablement pratiquement aucun contrôle sur la manière dont les fonds sont utilisés.

Définition des « pertes et dommages »

Dès la première COP, tenue en 1991, un bloc de négociation composé d’États insulaires vulnérables à la montée du niveau de la mer – l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS) – recommandait un « mécanisme international de compensation financière des pertes et dommages liés aux effets du changement climatique ». Douze ans plus tard, une première version voit le jour lors de la COP19 à Varsovie. En 2015, l’accord global de l’ONU, connu sous le nom d’Accord de Paris, spécifiait néanmoins qu’il s’agissait d’un outil de coopération et non de compensation. Un “dialogue sur les pertes et les dommages pour les pays les plus vulnérables” aurait finalement été négocié lors de la COP26 à Glasgow (2021) (le soi-disant “Glasgow Climate Pact”).

[Nearly 80,000 readers look to The Conversation France’s newsletter for expert insights into the world’s most pressing issues. Sign up now]

Ces dernières années, les pays du Sud ont fait pression pour qu’un mécanisme financier d’indemnisation des dommages soit lancé lors de la COP27. Mais les Etats-Unis et l’Europe n’en ont jamais voulu et ne soutiendront pas la création d’un nouveau fonds. Au lieu de cela, ils plaideront en faveur du renforcement des institutions existantes.

Responsabilités historiques

Dans les négociations sur le climat, il est essentiel de comprendre le concept général de « responsabilités communes mais différenciées ». Inscrite dans la Convention Climat de 1992, elle pointe la responsabilité historique des pays industrialisés dans la crise climatique. Là encore, les États-Unis se sont longtemps opposés au principe.

Jusqu’à présent, elle exonérait les pays du Sud, dont la Chine, de toute obligation de réduction des émissions. Au cours des dernières années, il a intégré la question du financement de l’adaptation et de la compensation financière des dommages subis par les pays du Sud.

L’économiste Olivier Godard a noté que la responsabilité historique des pays industrialisés n’est pas aussi simple à établir qu’il n’y paraît, que ce soit sur des bases juridiques et morales ou même statistiques.

Cependant, les pays émergents et en développement ne sont pas d’accord. Dès 1991, le South Centre, un groupe de réflexion des pays du Sud, indiquait que les pays industrialisés avaient longtemps devancé l’espace environnemental mondial, ce que rendait clair un coup d’œil sur les émissions cumulées relatives. Les générations actuelles auraient donc à réparer les dommages causés par le comportement de leurs ancêtres.

Pour l’apprécier à un niveau quantitatif, le graphique ci-dessous montre les émissions annuelles et cumulées de gaz à effet de serre des pays industrialisés (appelés groupe de l’annexe 1 de la Convention sur le climat) et des pays en développement, y compris les principales économies émergentes telles que la Chine (le groupe non annexe 1 groupe).


Auteurs, données PRIMAP, PIK (Potsdam Climate Institute), Auteur fourni

Après le deuxième choc pétrolier en 1980, les émissions des pays de l’annexe 1 ont culminé et ont commencé à diminuer lentement. En revanche, les émissions des pays non visés à l’annexe 1 ont continué d’augmenter, et de façon exponentielle. Ainsi, alors que les émissions des pays industrialisés étaient le double de celles du groupe « pays en développement + Chine » en 1980, aujourd’hui la situation s’est inversée.

Pour les émissions cumulées – celles qui pourraient mesurer la responsabilité historique – avant la pleine expansion de la révolution industrielle dans le Nord à la fin du XIXe siècle, les émissions des pays du Sud dominent.

Le paysage a continué à changer radicalement jusqu’en 1980, lorsque la part des émissions des pays du Nord a atteint son maximum, 70 %. Depuis lors, il a diminué en raison de la forte croissance économique des pays émergents. Aujourd’hui, il est encore supérieur à 50 %, mais dans moins de 10 ans, les émissions cumulées des pays en développement et émergents dépasseront celles des pays industrialisés. Les responsabilités historiques seront alors partagées à parts égales.

Une responsabilité morale ?

Avant 1990, les conditions de base de l’argument de la responsabilité historique n’étaient pas remplies. Les générations précédentes n’étaient pas conscientes que les émissions de gaz à effet de serre allaient modifier le climat, il était donc impossible de les blâmer et, par extension, d’en responsabiliser les générations suivantes. Et il va sans dire que les générations actuelles n’ont pas la capacité d’influencer les choix énergétiques et de développement des générations passées.

Par ailleurs, l’accélération de la croissance économique dans les pays émergents depuis les années 1990 a fait exploser les émissions. De ce fait, leurs émissions dépassent de plus en plus celles des pays de l’Annexe 1 depuis 20 ans.

Cependant, en matière de responsabilité individuelle, les émissions par habitant sont encore beaucoup plus élevées au Nord qu’au Sud, principalement en raison de l’intensité de leur consommation d’énergie. La seule exception majeure est la Chine, où les émissions par habitant dépassent désormais celles de l’Union européenne.

Graphique montrant les émissions de GES par habitant

SDES, Ministère de la Transition Ecologique, Auteur fourni

On le voit, il est impossible de trancher la question de la responsabilité historique. Aucun chiffre, aucune théorie de la justice ne pourra jamais établir un consensus, et cette question constituera une pierre d’achoppement pour toutes les négociations.

Un conflit insoluble

Il sera ainsi impossible de satisfaire toutes les demandes du Sud Global à Charm el-Cheikh. Une étude publiée en 2018 a estimé les « pertes et dommages » à pas moins de 290 à 580 milliards de dollars par an d’ici 2030. Alors que le réchauffement climatique s’aggrave, le coût annuel des impacts pourrait dépasser 1 000 milliards de dollars d’ici 2050.

Quelle que soit la fiabilité de ces estimations, il est irréaliste d’imaginer que les États-Unis et l’Union européenne prendraient des engagements qui les obligeraient à payer chaque année des centaines de milliards de dollars.

Mais personne ne tirera profit d’une COP27 ratée. Un compromis, même insatisfaisant pour les pays en développement, devra être trouvé. La diplomatie est aussi l’art de masquer des conflits qui ne trouveront jamais de solution.


Nathalie Rousset (doctorante en économie, ancienne chargée de programme au Plan Bleu, aujourd’hui consultante) a contribué au traitement des données et à la rédaction de ce texte.



Source link

En bref

quelle est la responsabilité des pays industrialisés vis-à-vis du changement climatique ?

Le 27e sommet annuel des Nations Unies sur le climat, la COP27, s’est ouvert lundi à Charm el-Cheikh, en Égypte. L’événement, qui devrait faire pression sur les gouvernements pour qu’ils renforcent leurs engagements en matière de décarbonisation, sera le premier à placer la question de la compensation financière des dommages subis par les pays en …

quelle est la responsabilité des pays industrialisés vis-à-vis du changement climatique ? Lire la suite »

Abonnez vous

Recevez les dernières actualités dans votre boite mail.

You have been successfully Subscribed! Ops! Something went wrong, please try again.