Riad Sattouf remporte le grand prix du Festival d’Angoulême


Riad Sattouf, en 2020.

Tout sourit au Riad Sattouf. Le créateur de L’arabe du futur (Allary) a été désigné grand prix d’Angoulême, mercredi 25 janvier, à l’occasion de la soirée d’ouverture du Festival international de la bande dessinée (FIBD), dont c’est la 50e édition (du 26 au 29 janvier).

Un vote organisé en ligne auprès des professionnels du secteur (dessinateurs, scénaristes, coloristes…) l’a vu devancer Catherine Meurisse et l’Américaine Alison Bechdel, arrivent en tête à ses côtés à l’issue d’un premier tour de scrutin. Riad Sattouf succède à la Québécoise Julie Doucet au palmarès de cette récompense, nommée à un auteur de bande dessinée pour l’ensemble de sa carrière.

S’il figure, à 44 ans, parmi les lauréats les plus jeunes, celui qui est aussi réalisateur (Les Beaux Gosses, 2009) a construit une œuvre humoristique débordante d’acuité, forte de trente-cinq ouvrages. Jusque-là, Riad Sattouf faisait partie des rares auteurs à avoir gagné à deux reprises le Fauve d’or du meilleur album à Angoulême : en 2010 pour le tome 3 de sa série Pascal Brutal (Fluide Glacial) et en 2015 pour le premier volume de L’arabe du futur, saga autobiographique à l’indéniable succès critique et public, traduite en plus de vingt langues, dont le sixième et dernier chapitre vient de sortir. Riad Sattouf a récemment ajouté une corde à son arc en fonction de sa propre maison d’édition, Les Livres du futur.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « L’Arabe du futur 6 » : Riad Sattouf tue le père

« Faire des BD pour les gens qui n’en lisent pas »

L’attribution du grand prix n’arrive pas par hasard. « Ayant eu, dès l’adolescence, un ego géant, j’avoue avoir rêvé de publier des livres avec mon nom dessus, avoir rêvé d’avoir du succès, avoir rêvé que des journalistes du Monde me pose des questions sur mon travail… Mais en ce qui concerne le Grand Prix d’Angoulême, vraiment, je n’y ai jamais pensé. Passer après Druillet, Mœbius, Bilal était trop abstrait et inconcevable »confiait-il par messagerie électronique avant de rejoindre les bords de la Charente.

« Convertir les nouveaux lecteurs en cet art que j’aime tant, voilà une chose qui me rend heureux. Si mon prix peut servir à ça, j’en serai très satisfait »Riad Sattouf

Sa consécration signe le couronnement d’une œuvre dont l’une des principales caractéristiques est de s’adresser au plus grand nombre, notamment à un lecteur éloigné des choses de la BD au départ. « J’ai commencé comme auteur de bandes d’humour très trash, avec un public restreint d’aficionadosrappelle-t-il. J’ai ensuite essayé de faire des bandes dessinées pour les gens qui n’en lisent pas, en prenant comme première lectrice rêvée ma grand-mère bretonne, qui n’aimait pas trop la bande dessinée. »

La première case du 6ᵉ et dernier volume de « L'Arabe du futur », de Riad Sattouf (Allary, 2022).

En 2016, Riad Sattouf figurait sur une liste d’une trentaine d’auteurs, exclusivement masculins, présélectionnés pour le grand prix par la direction artistique du FIBD – une vive polémique en avait découlé. Il avait alors demandé que son nom soit retiré de cette liste pour être remplacé par celles d’autrices adulées, comme la Japonaise Rumiko Takahashi ou la Québécoise Julie Doucet. Toutes deux ont, depuis, été élues au palmarès d’Angoulême, après une réforme du système de désignation des grands prix.

Écouter aussi « L’Arabe du futur » : anatomie d’un succès de la BD

Actuellement occupé par la finalisation de l’avant-dernier volume des Cahier d’Esther (Allary) – son autre série à succès –, Riad Sattouf ne dévoilera rien des « de nombreux projets » sur qui il travaille. « Comme le disait Alain Resnais avec le titre de l’un de ses derniers films, que j’adore : « Vous n’avez encore rien vu ! »

Lire l’entretien avec Riad Sattouf : Article réservé à nos abonnés Riad Sattouf : « Lire Tintin a déterminé la suite de mon existence »


Source link

En bref

Riad Sattouf remporte le grand prix du Festival d’Angoulême

Riad Sattouf, en 2020. MARIE ROUGE/EDITIONS ALLARY Tout sourit au Riad Sattouf. Le créateur de L’arabe du futur (Allary) a été désigné grand prix d’Angoulême, mercredi 25 janvier, à l’occasion de la soirée d’ouverture du Festival international de la bande dessinée (FIBD), dont c’est la 50e édition (du 26 au 29 janvier). Un vote organisé …

Riad Sattouf remporte le grand prix du Festival d’Angoulême Lire la suite »

Abonnez vous

Recevez les dernières actualités dans votre boite mail.

You have been successfully Subscribed! Ops! Something went wrong, please try again.